Autour du Monde 2014-2015
novembre 6, 2014 posted by Matthias

4000 km , 1 malade et plein de manger

4000 km , 1 malade et plein de manger

Quelques images sur la route:

Voyager avec un jeune enfant ce n’est pas toujours facile. Outre le fait que passé 3 ans il est toujours en pleine crise du “terrible 2”, Driss est en plus tombé malade à Kampong Cham, ville sans grand intérêt au centre du Cambodge. 39° de fièvre, une vilaine toux et le nez bouché, nous voila parti à la recherche d’un médecin. Le responsable de la guest house où nous logeons nous a conduit sur son scooter chez le médecin le plus proche : à 150 mètres ! Il faut savoir qu’ici comme au Laos, la mobylette est le moyen de transport familial, puisqu’on y met jusqu’à 5 personnes! A priori rien de grave, après 5 jours patraque, Driss retrouve un peu ses forces. On en profite pour bien manger, et se remémorer nos découvertes culinaires tout au long de ces 4000 km…

  • Matthias garde un souvenir nostalgique du Vla hollandais, une crème dessert vendue en brique de 1 litre : nous vous conseillons le goût stracciatella… le paradis des supermarchés
  • Pour Bérengère c’est une soupe aux légumes cuisinée par Froukje aux Pays-Bas : j’ai gardé la recette
  • Tout le long de la partie européenne Driss s’est régalé de tomates cerise. C’est quand même mieux que les frites!
  • Les petits pains aux céréales au Danemark, rien a envier à notre baguette
  • Nos soirées grillades avec Marianne et Antoine, entre pain à l’ail et maïs grillé…miam miam… évidemment toujours dans des cadres naturels magnifiques (quoiqu’un peu frais)
  • Le sirop de fleur de sureau, devenu incontournable dans les gourdes pour la traversée de l’Europe du Nord. Une drogue terrible dont on ne peut plus décrocher.
  • Le désormais incontournable Viol suédois : un bonbon à la violette qui nous a permis de déguster un p’tit Viol au bord de la route, un p’tit Viol dans une église… le must: un Viol dans le local à vélo
  • Le barbecue de table laotien, avec une rigole pour le bouillon, les herbes et l’oeuf et le dessus pour la viande, chauffé à la braise sous la table!
  • Le “sticky rice” du Laos (espèce de riz gluant local qu’on ne trouve qu’au Laos), servi dans des petits paniers et qu’on mange à la main… L’essentiel de notre nourriture pendant presque 1 mois! Driss en a dévoré quelques kilos
  • La variante Khmer de Kratie au Cambodge: le Krolan est un gros morceau de bambou à l’intérieur duquel est gardé bien au chaud du riz gluant cuisiné au lait de coco avec quelques beans: Délicieux et très pratique pour emmener manger en balade!
  • Les fruits frais, et les milkshakes qui vont avec : coconut shakes, papaya shakes, banana shakes…
  • Les pauses désaltérantes sur le bord de la route à coups de noix de coco fraîches et autres jus frais de canne à sucre!
  • Un repas délicieux dans une échoppe restaurant de Chhloung au Cambodge: loin des touristes, chacun paye une part et se sert dans un plat unique à la bonne franquette, avec comme toujours ici un thé vert glacé servi comme boisson
  • Le plus alléchant: des “soupes Pho” avalées dans des bouiboui divers en bord de route le midi… Des noodles de riz avec de la viande trampouillante, un éventail de goût en fonction du lieu: parfois très bon, parfois franchement avarié; en tout cas nous n’avons jamais croisé un seul occidental là où nous nous arrêtons déjeuner! La soupe Pho avalée hors des coins touristiques nous aura permis de découvrir la vraie ambiance de ces contrées asiatiques. Et pour l’instant toujours pas de tourista malgré les viandes souvent louches…

Enfin on a quand même fini cette petite phase de maladie en mangeant des Vache-qui-rit, on ne renie pas ses origines!!!

Kratie – Chhloung 38 km

http://www.aucoindelaroue.com/wp-content/uploads/2014/11/2014-10-30-08-4.kml

Chhloung – Kampong Cham 87 km

http://www.aucoindelaroue.com/wp-content/uploads/2014/11/2014-10-31-08-3.kml

Kampong Cham – Kampong Thnor 76 km

http://www.aucoindelaroue.com/wp-content/uploads/2014/11/2014-11-04-08-4.kml

Kampong Thnor – Kampong Thom 37 km

http://www.aucoindelaroue.com/wp-content/uploads/2014/11/2014-11-05-10-0.kml

7 comments on “4000 km , 1 malade et plein de manger”

  1. Hyoga03 dit :

    Que du bon 🙂
    On vous attend avec impatience pour nous faire goûter vos nouvelles recettes.

  2. jerome Dulauroy dit :

    J’espere que votre périple pour voire le toubib a était efficace.
    pour ce qui est de l’alimentation y a visiblement aucun problème…
    et le vietnam c’est pour quand

  3. Marie-France dit :

    Eh bien mon petit Driss j’espère que tu es complètement guéri et que tu retrouves ta bonne humeur et ton énergie pour chanter et jouer avec les enfants que tu rencontres! D’après ce qu’écrit ton Papa, vous trouvez toujours de bonnes choses à manger.
    Belles photos de ces contrées très dépaysantes. Mais en effet, la route est bien poussiéreuse…Est-ce celle qui vous mène au Viet Nam?…Bon courage! Mais avant vous allez à Angkor et peut être dans d’autres sites très riches.
    Bonne santé, bon appétit, belles découvertes, mollets efficaces.
    Gros baisers à vous 3

  4. yann dit :

    le sticky rice … ça me manque !!! Aller Driss, maintenant que tu es guéri tu va pédaler pour tes parents 😉 bisous a tous

  5. Monique dit :

    Très belles photos, et très intéressantes : ça y est on a vu maman tombée dans la gadoue ! Et aussi les vues magnifiques de l’île de Koh Pen… Le Cambodge a l’air plus dépaysant encore que le Laos.
    Et Drissou, il paye avec sa casquette !
    Et pour vos 4000 km, là pas de champagne mais vous avez beaucoup mieux : le sticky rice et les soupes”Pho” ! Apparemment ça le vaut bien ! Ramenez le plus possible de recettes.
    Je dois dire que moi, j’aime bien aussi les “Vache qui rit”…

  6. Marie-Françoise dit :

    Bien contente de voir que Drissou a vaillamment vaincu ses microbes… C’est un super petit loup! Terrible, avec son look à casquette. Sûrement de quoi faire craquer toutes les petites Cambodgiennes qu’il rencontre.
    Gardez précieusement toutes vos recettes: ça sera peut-être plus difficile à réaliser ici, mais avec un peu de bonne volonté…
    Maintenant, vous devez être arrivés sur les sites d’Angkor. Ca fait rêver.Mais les paysages ruraux aussi, ça fait rêver.
    Bravo pour le frère Jacob, aussi bien par Antoine et Marianne que par les petits loups de l’école de Cécile. Y a de l’avenir dans la comptine! Grosses bises à tous les trois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *